Paratge Venatorum

Quatrième Enquête : La Tour des Vents

Après leur incursion pyrénéenne, les mages de Pactum Inquisitores sont de retour à Glanum pour reprendre leurs activités normales. Ils profitent donc de ce retour au calme pour préparer leurs prochaines interventions.

Tout n’est pas paisible, néanmoins, au sein des ruines de la cité antique, tandis que l’hiver vient ( Smile ) et qu’avec lui le souffle de Mistral redouble d’ardeur et de violence. On se gèle les os dans la Basilique restaurée et Volcani se voit forcé d’instaurer son premier Aegis du Foyer au milieu des tourbillons pour ramener un peu de quiétude et de chaleur au sein de l’alliance, avec l’aide de Lucian qui tente tant bien que mal d’amadouer les bourrasques du seigneur des Vents. Pendant qu’ils se démènent dans la tempête, les mages ont par ailleurs l’occasion de remarquer que certaines des rafales envoyées par Mistral sont détournées vers les pourtours rocheux de Glanum, où elles sont siphonnées autour des restes d’une ancienne tour octogonale. La jeune Ihintza, qui a découvert avant eux ce curieux phénomène, s’amuse à faire disparaître de petits sortilèges colorés dans ce tournoiement éthéré.

Mettant à contribution ses dons de double-vue, Lucian parvient à percevoir une image disparue de la tour en ruines : dans un océan de brume obscure, tumultueux et indéfini, la petite structure flotte indolente, indemne comme au premier jour, sur son escarpement rocheux, comme un ilot dans une mer onirique, inaccessible et incompréhensible. Après quelques réflexions et consultation avec ses sodales, le Mercere comprend qu’il a obtenu, à travers le Vide du Crépuscule, un rare aperçu d’un Vestige, perpétué dans le Royaume Magique alors que son avatar vulgaire est depuis longtemps éteint.

Les artisans de maître Aymeric sont derechef assignés au site de la tour afin de le déblayer et d’en extraire un maximum de reliques et d’informations. Ils en exhument quelques fragments de bas-reliefs représentant huit silhouettes aériennes et le restant d’un pavage sur lequel est tracée une Rose des Vents. Après quelques investigations supplémentaires et l’achat d’une Summa spécialisée auprès de leurs alliés d’Ades Mercurii, les mages déterminent qu’il s’agit des reliquats d’un dispositif mis en place par le Culte de Mercure pour canaliser la puissance de Mistral. Cette barrière magique était alimentée, en des sites clés indiqués par la Rose des Vents, par les quatre grands Vents directionnels identifiés par les Romains et leur quatre homologues secondaires. Au total, huit puissants esprits magiques issus d’un monde depuis longtemps oublié qu’il faudra réinvoquer pour dompter le Vent de Provence… ou bannir définitivement pour libérer la pleine puissance du Seigneur du Ventoux…

Outre cette découverte principale, le laboratoire installé par Griaule en l’absence de ses sodales est enfin étrenné et nos mages ambitieux s’y livrent même rapidement à quelques expérimentations. Ce renouveau d’activités magiques dans les ruines semble raviver l’aura mystique de Glanum puisque du Vis manifesté spontanément est découvert dans la fontaine triomphale, tandis que Tristan et Volcani sont eux aussi témoin d’une vision venue des profondeurs du Royaume Magique : la Curie, où ils travaillent, leur apparait dans toute sa splendeur, à l’époque de sa gloire, présentant fièrement la statue dorée de Mercure qui trône en son centre. L’antique cité parait donc avoir encore quelques trésors et secrets précieux en réserve.

De leur côté, pendant que leurs camarades se livrent à leurs activités ésotériques, Bastian et ses Almogavar ne chôment pas, puisqu’ils parviennent à assurer pour les années à venir le ravitaillement de l’alliance en recrutant dans la plaine quelques familles de bergers, rassemblant au total un troupeau de plus de 200 têtes, contre la promesse de la protection de l’alliance contre les déprédations de Mistral. Profitant de ses déplacements pour rendre visite à Elias de Jerbiton dans l’abbaye Saint-André d’Avignon, Bastian récolte également ses premiers indices dans sa quête des reliques perdues de Roland.

View
Troisième Enquête : le convoi perdu, suite
Deuxième partie

Les mages de Pactum Inquisitores poursuivent leur investigation dans le petit village de Foz de Escalate. Pendant la nuit, ils sont attaqués par quelques villageois transfigurés, le regard possédé, la tête cornue, se faufilant entre les ombres. Ils découvrent esuite une membre de la Maison Ex Miscellanea, Erlea, qui officie comme sorgina de la petite communauté. Elle tente de dissimuler son apprentie qui souffre d’une blessure infectée par l’infernal, mais est démasquée par les enquêteurs.

Le généreux Bastian met à profit ses dons divins pour guérir l’infortunée. En échange de ces soins, Erlea accepte de révéler ce qu’elle sait des activités de son culte : la “Grande Mère” qui les dirige (dont elle ignore l’identité exacte, mais qui pourrait être une vieille mage hermétique) a conclu un pacte avec l’Aker, le puissant seigneur féerique des Pyrénées et consort de la déesse Mari, pour réveiller de leur sommeil les vétérans Diedne de la Guerre du Schisme qui, dans leur déroute, ont trouvé refuge dans le royaume du dieu-bouc et dont les esprits n’ont continué à exister dans le monde vulgaire qu’à travers les monuments vénérés par les fidèles du culte de Mari : vieux menhirs, sources sacrées, etc.

Erlea ignore ce qui motive précisément les actions de la dirigeante de son culte, mais elle sait qu’elle a déjà réussi à réveiller au moins un des vieux druides et que la clé de son entreprise se trouve dans les ruines de l’ancienne alliance païenne d’Akelarre — là même où sa propre apprentie, envoyée en mission comme d’autres sorginak, a subi ses blessures corrompues…

View
Troisième Enquête : le convoi perdu
Première Partie

Réunis à Glanum après leur dernière affaire à Arles, les mages se penchent sur les questions de restauration des ruines et de ravitaillement qui deviennent pressantes avec l’arrivée toute proche de l’hiver.

Il est décidé que Maître Aimeric (l’architecte envoyé par Nicodemus, consul du Coenobium) se consacrera d’abord avec ses équipes à la remise en état de la Basilique centrale et de l’ancienne Curie, sur la place du Forum, afin de fournir un espace de travail et de vie commun aux mages et aux nouveaux résidents de l’alliance. De son côté, Gaïus escortera avec ses légionnaires une petite caravane d’approvisionnement à destination d’Arles et du marchand Amaury.

Alors que la discussion bat son plein dans la Basilique, entre Frère Malachia, envoyé de la Mère Marie-Salomé du couvent de Brantes, qui vient de secourir un Toque Rouge sur le sentier qui gravit les Alpilles pour arriver à Glanum. Berezi de Mercere, messager attitré d’Aedes Mercurii, apporte aux mages un présent de l’alliance mercurienne pour les aider à lutter contre le démon installé dans la maison d’Eustache, à Arles. Sur la route, il a été témoin de la destruction du convoi des émissaires de Castra Solis et a été pourchassé jusqu’à Glanum par des silhouettes fantomatiques, avant l’intervention de Frère Malachia qui lui a permis de s’échapper.

Une expédition quitte donc l’alliance pour se rendre sur le site de l’embuscade et, après avoir récolté quelques indices, détermine qu’au moins un mage de Flambeau a péri durant l’assaut. L’attaque a semble-t-il été menée par un groupe de sorginak, potentiellement secondées par un druide bien plus puissant, comme Tristan l’apprend à ses dépens en usant de sorts de détection. Les mages, accompagnés de Crabe et des Almogavars suivent les traces des assaillants dans la montagne et atteignent un village de bergers qui vouent manifestement un culte à un antique menhir et où l’une des bâtisses centrales est marquée du signe de l’Aker…

View
Seconde Enquête : Sur la piste d'Eustache

Quelques jours après avoir libéré Beatrix des griffes de pirates sur le lieu de l’ancienne alliance de Fraxinetum, les inquisiteurs reprennent quelques forces à Glanum, profitant de l’occasion pour aider la Quaesitor Présidente à remettre les alentours de son sanctum en ordre et faisant quelque peu connaissance. Celle-ci, intriguée par les discussions qui deviennent houleuses se mêle au débat qui tourne autour des buts des différents mages et des problèmes qui semblent émerger de-ci, de-là, dans le Tribunal de Provence.

Beatrix se montre très intéressée par ce projet d’alliance dont le but principal serait de mettre un terme aux troubles du Tribunal. Les mages en profitent pour lui proposer de s’allier à eux, ce qu’elle accepte rapidement. Avant la fin de journée, l’alliance Pactum Inquisitores est fondée. Jusqu’au prochain tribunal, cette jeune alliance a ainsi sa salle du conseil à Glanum, son Dispensator est en tout logique Beatrix elle-même et Tristan a été élu Praeco.

Alazaïs et le Coenobium ont déjà promis leur soutien à cette nouvelle alliance qui sert bien leurs intérêts, les mages devront cependant faire preuve d’un peu plus de ruse pour convaincre Aedes Mercurii et Castra Solis de faire pareil. D’autant que la charte reconnait Bastian l’Almogavar comme membre à part entière de Pactum Inquisitores et que les premières enquêtes ont été portées sur des attaques de pirates dont Aedes Mercurii ne se tracassent guère. La promesse de se pencher sur les traces de magie parallèles dans les Pyrénées a néanmoins été faite.

La rencontre avec Alazaïs au Foyer St-Cyprien a cependant permis à Lucian de rapporter de nombreuses informations à ses collègues. Une jeune Toque Rouge nommée Tali est récemment rentrer d’Italie en longeant la côte méditerraéenne et ramène avec elle les rumeurs de nombreuses attaques de pirates. Les vulgaires désignent comme responsable Eustace le Moine, un ancien ecclésiastique qui aurait corrompu le monastère de La Celle, situé dans à la limite du relief des Alpilles.
Les mages se rendent donc au monastère dans lequel ils découvrent bel et bien des traces démoniaques. Le prêtre qui vit toujours dans le village en contrebas leur confie des informations sur Eustace, entre autres qu’il aurait une fille et aurait vécu quelques temps à Arles après avoir laissé derrière lui le monastère et ses moines corrompus.

View
Première enquête : Troubles à Glanum

Des émissaires venus de tout le Tribunal se rencontrent aux portes des ruines de l’antique cité de Glanum, où la Quaesitor-Présidente par interim du Tribunal, Beatrix de Guernicus, a établi son sanctum. Poussé par ses propres intérêts ou chargé de cette tâche par l’une des puissantes alliances régionales (la capitale mercurienne Aedes Mercurii ou la coalition provençale du Coenobium), chacun a ses propres revendications, doléances ou projets à lui soumettre.

Or, alors qu’ils pénètrent dans la ville en ruines, les mages n’y découvrent qu’une végétation en furie dont essaye de se dépêtrer un groupe de fiers Almogavars. La Guernicus, elle, est introuvable et son sanctum a été mis sens dessus dessous.

Après avoir récolté ce qu’ils pouvaient comme indices sur place et avoir rencontré quelques autres mages en affaires avec la Quaesitor, les mages se jettent sur la piste de la Garde-Freinet, avec l’aide de Xyphos, un vieil hoplite déchu.

Parvenus au sommet du massif des Maures, ils sont interceptés par une troupe de pillards, sous le commandement d’un puissant Djinn, qui retiennent la Quaesitor dans l’ancienne redoute du Fraxinet dans l’attente d’une flottille de pirates qui s’approchent au large. Les mages parviennent à arracher Beatrix aux griffes de ses ravisseurs et la ramènent en sûreté à son sanctum où celle-ci, reconnaissante, accepte d’accéder à leurs différentes demandes et leur confère les privilèges qu’ils demandent, au moins jusqu’au prochain Tribunal, où la position de Quaesitor-Président, les jugements prononcés et les dernières dispositions législatives pourront être confirmés.

source_sacree.jpg

View

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.