Paratge Venatorum

Quatrième Enquête : La Tour des Vents

Après leur incursion pyrénéenne, les mages de Pactum Inquisitores sont de retour à Glanum pour reprendre leurs activités normales. Ils profitent donc de ce retour au calme pour préparer leurs prochaines interventions.

Tout n’est pas paisible, néanmoins, au sein des ruines de la cité antique, tandis que l’hiver vient ( Smile ) et qu’avec lui le souffle de Mistral redouble d’ardeur et de violence. On se gèle les os dans la Basilique restaurée et Volcani se voit forcé d’instaurer son premier Aegis du Foyer au milieu des tourbillons pour ramener un peu de quiétude et de chaleur au sein de l’alliance, avec l’aide de Lucian qui tente tant bien que mal d’amadouer les bourrasques du seigneur des Vents. Pendant qu’ils se démènent dans la tempête, les mages ont par ailleurs l’occasion de remarquer que certaines des rafales envoyées par Mistral sont détournées vers les pourtours rocheux de Glanum, où elles sont siphonnées autour des restes d’une ancienne tour octogonale. La jeune Ihintza, qui a découvert avant eux ce curieux phénomène, s’amuse à faire disparaître de petits sortilèges colorés dans ce tournoiement éthéré.

Mettant à contribution ses dons de double-vue, Lucian parvient à percevoir une image disparue de la tour en ruines : dans un océan de brume obscure, tumultueux et indéfini, la petite structure flotte indolente, indemne comme au premier jour, sur son escarpement rocheux, comme un ilot dans une mer onirique, inaccessible et incompréhensible. Après quelques réflexions et consultation avec ses sodales, le Mercere comprend qu’il a obtenu, à travers le Vide du Crépuscule, un rare aperçu d’un Vestige, perpétué dans le Royaume Magique alors que son avatar vulgaire est depuis longtemps éteint.

Les artisans de maître Aymeric sont derechef assignés au site de la tour afin de le déblayer et d’en extraire un maximum de reliques et d’informations. Ils en exhument quelques fragments de bas-reliefs représentant huit silhouettes aériennes et le restant d’un pavage sur lequel est tracée une Rose des Vents. Après quelques investigations supplémentaires et l’achat d’une Summa spécialisée auprès de leurs alliés d’Ades Mercurii, les mages déterminent qu’il s’agit des reliquats d’un dispositif mis en place par le Culte de Mercure pour canaliser la puissance de Mistral. Cette barrière magique était alimentée, en des sites clés indiqués par la Rose des Vents, par les quatre grands Vents directionnels identifiés par les Romains et leur quatre homologues secondaires. Au total, huit puissants esprits magiques issus d’un monde depuis longtemps oublié qu’il faudra réinvoquer pour dompter le Vent de Provence… ou bannir définitivement pour libérer la pleine puissance du Seigneur du Ventoux…

Outre cette découverte principale, le laboratoire installé par Griaule en l’absence de ses sodales est enfin étrenné et nos mages ambitieux s’y livrent même rapidement à quelques expérimentations. Ce renouveau d’activités magiques dans les ruines semble raviver l’aura mystique de Glanum puisque du Vis manifesté spontanément est découvert dans la fontaine triomphale, tandis que Tristan et Volcani sont eux aussi témoin d’une vision venue des profondeurs du Royaume Magique : la Curie, où ils travaillent, leur apparait dans toute sa splendeur, à l’époque de sa gloire, présentant fièrement la statue dorée de Mercure qui trône en son centre. L’antique cité parait donc avoir encore quelques trésors et secrets précieux en réserve.

De leur côté, pendant que leurs camarades se livrent à leurs activités ésotériques, Bastian et ses Almogavar ne chôment pas, puisqu’ils parviennent à assurer pour les années à venir le ravitaillement de l’alliance en recrutant dans la plaine quelques familles de bergers, rassemblant au total un troupeau de plus de 200 têtes, contre la promesse de la protection de l’alliance contre les déprédations de Mistral. Profitant de ses déplacements pour rendre visite à Elias de Jerbiton dans l’abbaye Saint-André d’Avignon, Bastian récolte également ses premiers indices dans sa quête des reliques perdues de Roland.

Comments

root root

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.